La calvitie peut engendrer un certain inconfort social. En effet, l’apparence physique est très importante à notre époque. De plus, la perte de cheveux peut jouer sur le moral de la personne concernée et sur la perception qu’elle a d’elle-même. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’alopécie concerne une femme ou un homme jeune. Mais la chute des cheveux n’est plus une fatalité. Il existe plusieurs techniques de greffe de cheveux qui permettent aux personnes atteintes de calvitie de traiter leur problème. Dans ce domaine, la recherche ne cesse d’avancer : les microgreffes de type FUE ou FUT ont rendu les greffes de cheveux plus efficaces. Aujourd’hui, la technique HST va encore plus loin et donne des résultats très naturels sans endommager la zone donneuse.

Greffe de cheveux : les différentes techniques

La FUT (Follicular Unit Transplant) consiste à prélever une bandelette de cuir chevelu au niveau de la nuque du patient. La zone prélevée mesure environ 1 cm de largeur et 20 cm de longueur, selon l’étendue de la zone devant être traitée. Des unités folliculaires, c’est-à-dire des zones de 1 à 4 cheveux sont ensuite séparées afin d’être transplantées une par une dans la zone atteinte de calvitie. L’inconvénient majeur consiste dans la cicatrice présente à l’arrière du crâne du patient.

La FUE (Follicular Unit Extraction) se distingue de la FUT par le fait que les follicules pileux ne sont plus prélevés par bandelette mais un à un. Ils sont ensuite transplantés un à un dans la zone à traiter. Elle est préconisée pour les débuts de calvitie.

La HST (HaarStamcel Transplantatie® ou Hair Stem Cell Transplantation) est une technique développée par le docteur Coen Gho de transplantation de cheveux avec cellules souches. L’innovation principale consiste dans le fait qu’il n’est plus nécessaire de prélever le follicule pileux dans son entier. Seule une partie du follicule suffit pour réaliser cette greffe de cheveux. Cette technique révolutionnaire présente de nombreux avantages par rapport aux anciennes techniques de microgreffe.

Les avantages de la HST

Comme une seule partie du follicule est prélevée, les trous effectués dans la zone donneuse (l’arrière de la tête) sont beaucoup plus fins. Il s’agit de minuscules lésions qui cicatrisent donc plus vite (en moins de deux jours). Il n’y a donc pas de cicatrices visibles contrairement à la FUT. De plus les cheveux présents sur la zone prélevée repoussent normalement après l’extraction contrairement à la FUE.

Le fait que le prélèvement soit plus fin permet également un travail d’implantation plus précis. La densité des cheveux, une fois repoussés, est plus importante. Cela permet également de mieux appréhender le sens de repousse et de croissance du cheveu.Mais la principale innovation est que, grâce aux lésions minuscules qu’elle engendre, cette technique permet de traiter des zones qui ne sont pas éligibles aux autres techniques de greffes comme les peaux brûlées, avec cicatrices, les barbes, les moustaches ou les sourcils.

Au bout de quelques mois, les cheveux transplantés ont repoussés et les résultats de la greffe sont très naturels.

La technique HST n’est pas une technique chirurgicale : il n’y a ni incision ni saignement. La durée de convalescence est donc très courte (2 jours) et le patient peut rapidement reprendre une vie sociale normale.